Petite fabrique à histoires en devenir

Les principes du mouvement maker peuvent favoriser l’engagement des élèves dans une production transmedia.  Quelques réflexions sur ce sujet. A débattre.


citation 1

C’est la troisième année que je propose aux élèves de sixième de s’immerger dans le récit interactif Inanimate Alice pour en comprendre le dispositif mais aussi et surtout pour les inciter à s’en emparer pour en proposer une version plus personnelle. Avec du recul, aujourd’hui j’en mesure les bienfaits chez les élèves (dans le domaine de l’expression écrite, orale, la créativité, l’implication dans le projet) mais aussi les difficultés (pour ceux qui justement ont du mal à s’exprimer, travail collaboratif). Nécessité aussi chaque année d’ajuster la formule au profil de classes différentes et donc d’améliorer les propositions en les rendant plus engageantes, en tenant compte de ce qui a marché ou a échoué les années précédentes.

L’été dernier, mis au repos forcé après une hospitalisation, j’avais profité de ce moment pour m’adonner davantage à la lecture. C’est ainsi que j’ai lu le livre de Chris Anderson « Makers. La nouvelle révolution industrielle ». publié en français chez Pearson en 2012 . (Je vous propose d’ailleurs dans ce billet quelques citations fortes tirées de cet ouvrage)  Étrangement, et même si cela concerne davantage des fabricants de choses concrètes réalisées avec des imprimantes 3D ou avec des découpeuses laser, je me suis fait la réflexion que la démarche organisationnelle pouvait également s’appliquer à nous, enseignants et élèves, fabricants d’histoires. Je vois ainsi se dessiner le CDI non pas comme un atelier de technologie, il existe déjà dans nos établissements mais comme un espace d’apprentissage et de création. Plus concrètement comme une petite fabrique à histoires partagées.

citation 2

Et la narration transmedia dans tout cela ? Nous le savons : l’engagement du public est essentiel pour prendre connaissance des contenus, les commenter, y participer ( par exemple à travers un jeu) voir même à y ajouter le sien. Dans ce dernier cas, très peu s’y investissent (1%).

Dans le contexte particulier de mon projet de classe, les dés sont un peu pipés car les apprenants sont en quelque sorte poussés à endosser les différents rôles avec comme objectif de produire à leur tour une histoire. Ce qui ne convient pas, et c’est tout à fait normal, à tout le monde. D’ailleurs, je le constate dans le cours des activités et dans les productions remises, les niveaux d’engagements sont forts divers.

Les relations interpersonnelles peuvent également avoir une influence sur l’implication de l’enfant. Le groupe joue un rôle en influant le comportement de chacun. En effet,un élève qui ne trouve pas au départ beaucoup d’intérêt au projet, peut se nourrir de l’émulation produite au sein d’une classe. Ainsi, au regard de la production de ses pairs il pourra avoir envie de donner le meilleur de lui-même pour ne pas être en reste et proposer à son tour un travail intéressant. Il est important alors de le suivre, l’encourager et reconnaître la qualité de ce qu’il propose.

Favoriser l’engagement, la créativité et le partage

Comment alors inciter les élèves à s’y engager davantage ? Le mouvement maker peut nous offrir quelques pistes.

- Première direction : Encourager le travail d’équipe : « le nous » est plus intelligent que le « moi » et « apprendre en faisant »

J’ai essayé de constituer moi-même des équipes de projet. Je me rends compte que cela ne marche pas très bien. A 12 – 13 ans, il est difficile de forcer des jeunes en construction de travailler avec des collègues qu’ils apprécient peu ou avec qui ils se sentent mal à l’aise. C’est pourquoi, je préfère les laisser composer leur groupe quitte à développer des interactions avec les autres par la suite. Je pense en effet que le travail en équipe doit favoriser la confiance en soi et la créativité individuelle.

- Deuxième orientation : la création de contenu de manière collaborative et et le partage des idées.
Ainsi on favorisera la création au sein de chaque groupe de “propositions d’histoires”. Celles-ci seront mutualisées pour être soit reprises, soit réimaginées.

antoine_assem_h

Mind map étonnante d’Antoine (6e2) présentant les personnages d’Alice Inanimée.

- Troisième direction : le partage des compétences pour utiliser les outils nécessaires à l’élaboration de l’histoire.

L’entraide doit être un souci permanent au sein du groupe pour reformuler autrement l’histoire (travail d’écriture) ou pour utiliser des outils logiciels de présentation ou d’autres outils en ligne ou pas. Ce principe de contribution est essentiel. Si l’élève apprend quelque chose par sa pratique il doit à son tour partager son savoir-faire directement auprès d’un camarade. Et s’il n’est pas à l’aise dans ce rôle, en documentant son activité par la réalisation d’un tutoriel . Ne négligeons pas aussi la possibilité aussi de faire appel aux autres groupes si cela est nécessaire pour faire avancer le projet.

citation 3
Quatrième orientation : le Partage des créations en les mettant à disposition du groupe voir même d’une communauté plus vaste comme celle des "Aliciens".

Cela permettra de reproduire l’histoire chez soi, de la réutiliser, de la détourner, de l’améliorer. Ce dernier point, à mon avis le plus important, peut constituer une nouvelle étape de ce type de projet.
Les scenarii, histoires, images, mind maps…, seront rassemblés dans une bibliothèque (sur un wiki ou sur un espace de type Google drive) afin d’être réutilisables. Ajoutons aussi des licences libres, de type creatives commons. Elles garantiront une bonne dissémination de ces ressources.

On peut pousser la démarche encore plus loin. Chris. Anderson recommande de créer un réseau social autour de son projet.citation04

 Depuis plusieurs semaines, je cherchais à coucher sur le papier ces réflexions afin de me donner des directions pour les mettre en œuvre. Je vous tiendrai au courant dans de prochains billets.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s