Présentation du livre : « Transmédiateur : un nouveau rôle pour l’enseignant »

Dans les années 2000, le concept transmédia a été défini par Henry Jenkins, actuellement Provost’s Professor of Communication, Journalism, and Cinematic Arts à l’University of Southern California. Il désigne de façon générale un ensemble d’éléments médiatiques narratifs et non-narratifs distribués dans une logique de complémentarité sur différentes plateformes. Avec la convergence technologique, le développement du web 2.0 et des réseaux sociaux, il a donné un nouvel élan aux industries créatives et au marketing pour diffuser leurs contenus et impliquer de manière active leurs publics.

Pour ma part, je partage la définition plus ouverte de Karine Halpern (cf. article Transmédia : Concept indéfinissable sur son site Transmedia Ready) , pionnière dans ce domaine en France qui considère que : « Le concept transmédia tend à être une discipline communicationnelle et pratique créative prenant en compte la participation du public, et la narration qui se propage, se transforme et se transpose sur des supports médiatiques complémentaires intégrés dans un récit multidimensionnel, auquel peut se mêler toute pratique socio-culturelle ou pédagogique, des mécaniques de jeu et du web social, ainsi que des événements en temps réel».

Nous pouvons aussi nourrir notre réflexion par un détour sur l’étymologie du terme.
Le préfixe de l’adjectif transmédia vient tout droit de la préposition latine « trans », qui signifie « par-delà ». Sa présence au début d’un mot indique un passage, un changement. On peut émettre l’idée que le passage d’un média à l’autre opère en quelque sorte une transformation. C’est justement l’objet de ce livre de montrer comment l’apport du concept transmédia peut transformer l’École.
Avec le développement de l’Éducation aux médias, et l’apprentissage des compétences translittératiques à l’école, les contenus transmédia suscitent aujourd’hui l’intérêt des enseignants tant pour leur exploitation pédagogique que pour la mise en œuvre de productions adaptées à leurs besoins propres. C’est à leur attention que j’ai écrit cet ouvrage avec le souci de les aborder de manière critique et en mettant en œuvre une véritable intelligence collective dans la réalisation des projets.

Nocr

Dans ce contexte l’enseignant joue un rôle de transmédiateur :
– A la manière d’un chef d’orchestre pour faire émerger de la diversité des talents et du partage des savoirs, savoir être et savoir faire de ses apprenants une œuvre collective.
– En développant l’esprit critique des apprenants vis à vis des œuvres transmédia en développant des compétences de translittératie numérique tant dans le décryptage que dans la production de contenus.
– En diversifiant ses méthodes pédagogiques si ses objectifs pédagogiques s’y prêtent par le recours aux œuvres transmédia mais aussi en s’appuyant sur de nouvelles pratiques (hackaton, design thinkin, classe inversée, escape games, usage des réseaux sociaux).
Impliqué depuis 2010 au sein de l’association Transmedia Ready et associé aux activités menées par Karine Halpern, j’ai eu l’occasion par de nombreux échanges et ma pratique de réfléchir sur ce que pouvait apporter ce type de contenu à la formation. Je confie dans cet ouvrage ce que j’ai appris et expérimenté en espérant qu’il suscitera intérêt et échanges.

.

Bethoux, Emmanuel, Transmédiateur un nouveau rôle pour l’enseignant, UPblisher, avril 2018

http://www.upblisher.com/ebook/bethoux/emmanuel/transmediateur-un-nouveau-role-pour-l-enseignant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s